Le nouveau Rommel

2RommelRondeauEn février dernier, j’annonçais en primeur sur ce blogue la parution d’une biographie du maréchal Rommel – “le renard du désert” – sous la plume de nul autre que Benoit Rondeau aux éditions Perrin d’ici la fin de l’année.

C’est maintenant chose faite et j’ai reçu mon exemplaire cette semaine.

En raison du fait que j’en ai seulement débuté la lecture hier soir, je ne peux me prononcer sur le contenu. D’ores et déjà, permettez-moi cependant de mentionner que j’aime énormément la facture du livre, publié dans la collection “Maîtres de guerre” sous la direction de l’illustre François Kersaudy, spécialiste reconnu de Winston Churchill.

D’innombrables photos agrémentent le parcours du lecteur et j’anticipe déjà des heures très agréables consacrées à passer au travers.

Je publierai une recension du livre avec grand plaisir, dès que je l’aurai terminé.

Une nouvelle biographie de Rommel signée Benoît Rondeau

GERrommel2
Le Generalfeldmarschall Erwin Rommel

J’apprenais durant le week-end que le prolifique historien Benoît Rondeau a soumis le manuscrit d’une nouvelle biographie du Generalfeldmarschall Erwin Rommel aux Éditions Perrin.

L’auteur y mettra notamment l’emphase sur le talent de stratège du célèbre chef de guerre, consacrant ainsi une part significative de son livre à la Normandie, où Rommel fut successivement nommé inspecteur des fortifications du mur de l’Atlantique en novembre 1943 et chef du Groupe d’armées B de la Wehrmacht en charge des défenses côtières de la Manche deux mois plus tard.

Rappelons que M. Rondeau est l’auteur des livres Afrikakorps : l’armée de Rommel (Tallandier, 2013), Invasion : le Débarquement vécu par les Allemands (Tallandier, 2014) et, plus récemment, de la biographie Patton : la chevauchée héroïque (Tallandier, 2016).

L’auteur me confirme également que le livre abordera longuement le quotidien de Rommel et contiendra plusieurs photos inédites.

Visiblement conscient du caractère controversé que représente son sujet (en dépit de la considération que plusieurs lui portent, Rommel a tout de même porté la croix gammée sur son uniforme et commandé l’unité militaire de protection rapprochée de Hitler en 1939), Benoît Rondeau insiste sur le fait que « […] l’on est pas politiquement neutre quand on ne s’oppose pas à quelque chose. On l’accepte tacitement. » On peut donc s’attendre à ce que l’illustre maréchal soit traité sans complaisance au niveau de sa collaboration avec la horde nazie.

Si tout se déroule comme prévu, le livre devrait être en librairie au mois de mai en France. Les lecteurs canadiens pourront donc mettre la main sur un exemplaire avant de partir en vacances, c’est-à-dire vers la fin du mois de juin.

En attendant (avec impatience) la sortie du prochain Rommel en librairie, lecteurs et amateurs d’histoire militaire peuvent consulter le blogue de l’historien, sur lequel celui-ci intervient régulièrement à propos de son sujet de prédilection.

Le diable sur la montagne

ThierryLentz

J’ai eu l’inoubliable privilège de passer une partie de l’été 2014 dans la région de Salzbourg. Il était donc inconcevable que le féru d’histoire que je suis ne veuille consacrer une journée à visiter le tristement célèbre « nid d’aigle » d’Hitler, situé sur le mont Kehlstein à proximité de Berchtesgaden dans les Alpes bavaroises.

Je piaffais donc d’impatience de mettre la main sur le plus récent ouvrage de l’historien Thierry Lentz Le diable sur la montagne : Hitler au Berghof 1922-1944 (Perrin, 2017), consacré à l’occupation des lieux par le maître nazi et son entourage pendant plus de deux décennies.

Suite à cette lecture palpitante, force m’est d’admettre que je connaissais bien mal l’importance de cet endroit dans la naissance, le développement et le crépuscule du régime mortifère qui écrivit le chapitre le plus sombre de l’histoire de l’Allemagne et probablement de l’humanité. J’étais sous l’impression que le complexe montagnard du Berghof n’était qu’un centre de villégiature pour le Führer et ses caciques. Or, le directeur de la Fondation Napoléon nous rappelle que « tenter [d’établir la liste des décisions qui ont été prises à cet endroit] serait refaire une bonne partie de l’histoire du IIIe Reich. » (p. 158). C’est dire à quel point l’endroit fut un avant-poste du dernier conflit mondial.

Outre la description des travaux, événements, personnages, rituels et rivalités qui s’y sont succédés dans le décor bucolique des Alpes, le plus grand mérite de l’auteur réside dans sa capacité à nous transporter sur les lieux (il me faut ajouter que la plume de Thierry Lentz est franchement incomparable). En fermant les yeux, j’avais non seulement l’impression d’observer le fonctionnement de la « petite capitale » en temps réel, mais également de revivre ce jour de juillet où j’ai marché sur les traces du diable. La référence aux skinheads observés sur les lieux me fut également familière, puisque j’y ai vécu la même expérience.

J’espère pouvoir retourner un jour à Berchtesdagen et y passer beaucoup plus de temps, chaussé de mes bottes de marche et le livre de Thierry Lentz en main. Pourquoi céder de nouveau à cette « curiosité malsaine » (les mots sont de l’auteur)? Tout d’abord pour y explorer les vestiges que l’horaire prévu par notre guide ne m’a guère permis de découvrir (donc sortir des sentiers touristiques bien orchestrés), mais aussi pour prendre la pleine mesure de la manière par laquelle le mal peut instrumentaliser ce qu’il y a de plus beau et de plus inspirant pour meurtrir l’humanité.

S’il est une chose que je regrette à propos de ce livre, c’est de ne pas avoir pu le dévorer avant de me rendre sur le mont Kehlstein. Petit conseil aux amateurs d’histoire donc. Si vous planifiez une visite dans cette vallée et prendre l’ascenseur qui vous conduira au « nid d’aigle », profitez de l’expérience et des observations de l’un des plus grands historiens et des meilleures plumes de notre temps.

Pour l’heure, Le diable sur la montagne trouve maintenant place parmi les meilleurs qu’il m’ait été donné de lire au sujet de la Seconde Guerre mondiale.

L’art militaire de Napoléon

ArtMilitaireNapoleonEn faisant du ménage dans mes boîtes la fin de semaine dernière, je suis tombé sur un livre – L’art militaire de Napoléon – que je m’étais procuré il y a quelques mois, mais qui était disparu depuis de mon écran radar.

Ayant marché sur les champs de bataille de Austerlitz et Waterloo, admiré le berceau du roi de Rome dans un château de Vienne et parcouru l’exceptionnel musée consacré à la guerre de 1812 à quelques pas de la Place rouge à Moscou – sans parler de deux passages au tombeau de Napoléon aux Invalides à Paris – je me suis dit qu’il était bien temps que je découvre les facettes du génie militaire du personnage sans qui ces visites auraient été impossibles.

Je prévois donc de plonger dans les pages rédigées par Jacques Garnier, probablement après les occupations de la journée. Je partagerai ultérieurement mes impressions avec vous au sujet de cette lecture qui promet d’être fort agréable. Je peux d’ores et déjà relever que l’un des aspects qui m’intéresse particulièrement dans cet ouvrage est le fait que son auteur ne provient pas de la sphère académique, ce qui témoigne bien du vif intérêt que représente le sujet auprès d’un public élargi.

Les mémoires de von Manstein

Cela faisait un bon bout que je voulais m’y mettre et c’est fait depuis hier. Avec mon stylo comme compagnon, je me suis plongé dans les mémoires du Generalfeldmarschall Erich von Manstein. Et je dois avouer que c’est une lecture tout aussi intéressante qu’instructive. J’aurai le plaisir de vous en proposer une recension lorsqu’en aurai terminé la lecture.

Mussolini, chef de guerre

mussolinischiavon
La figurine LAH200 Count Galeazzo Ciano de la collection King & Country photographiée sur le livre de Max Schiavon.

Durant un séjour en Italie en 2013, j’ai effectué une visite guidée consacrée à Mussolini. En parcourant différents quartiers de Rome, il fut possible de constater que le Duce conserve l’intérêt, pour ne pas dire une certaine affection, de plusieurs. Dans une certaine mesure et malgré sa présence au côté d’Hitler, son aura a survécu à la déconfiture du fascisme et aux effets du temps.

Mais peu d’auteurs se penchent sur Mussolini dans la langue de Molière. L’historien militaire français Max Schiavon a relevé le gant en publiant récemment un excellent livre à propos du dictateur, Mussolini. Un dictateur en guerre.

Si Mussolini est habilement parvenu à maitriser l’échiquier politique italien entre les deux conflits mondiaux, il en fut tout autrement de sa capacité à revêtir les habits du chef de guerre. Quatre raisons majeures viendront plomber son action durant la Seconde Guerre mondiale.

Tout d’abord, Mussolini est dépourvu de toute formation militaire. On aura souvent entendu la rengaine à l’effet que les soldats italiens n’étaient pas des guerriers très valeureux, mais le fait demeure que les forces armées souffraient d’impréparation pour le conflit auquel le Duce les destinait. Sur le champ de bataille, le maréchal Rommel observait pour sa part que l’infériorité des Italiens devant les Britanniques en Afrique du Nord était redevable au fait que la performance des premiers était tétanisée par leur infériorité en termes de forces motorisées. (p. 192). Appelant Clausewitz à la barre de son argumentaire, Max Schiavon expose que « le plus strict des devoirs de l’État, c’est de se munir de l’armée de sa politique. » (p. 151) À son grand dam, Mussolini ne sut pas intégrer la pensée du célèbre prussien dans sa politique.

Ensuite, en emboitant le pas d’Hitler, le chef du gouvernement mesura mal l’état d’esprit de sa population, laquelle se démarquait par son pacifisme, l’absence de désir de partir en guerre, un sentiment défavorable – voire hostile – aux Allemands et à leurs desseins. Celui qui avait bien joué ses cartes pour faire la conquête du pouvoir eut donc la main moins bonne avec la Res Militaris.

De plus, Mussolini accepte d’être la 5e roue du carrosse d’un régime allemand qui le trompe sans vergogne à moult reprises et qui le méprise ouvertement. À témoin, l’anecdote citée par Max Schiavon au sujet du baron de Fiorio, officier de liaison italien auprès des services de renseignement allemands qui déclare à voix haute « Alors, mon cher Franz, nous voici à vos côtés » après que l’Italie se soit rangée derrière l’Allemagne nazie. Pour réponse, son collègue allemand, le major Franz Seubert, de lui répondre : « Bravo, nous gagnerons la guerre quand même. » (p. 142-143). Tout était dit.

Finalement, incapable de tirer l’enseignement accompagnant ses échecs, Mussolini était condamné soit à les répéter ou à tout simplement les ignorer. Contrairement à un Franco qui sut habillement jouer ses cartes durant la Deuxième Guerre mondiale et ainsi demeurer à la tête de son pays lorsque les canons se turent, Mussolini était destiné à tomber en même temps que les étendards de bataille des forces italiennes. Son gendre et ministre des affaires étrangères, le comte Galeazzo Ciano, lui conseilla pourtant, à la lumière des actions posées par les Allemands et des divergences de vues entre Rome et Berlin, de prendre ses distances avec le Reich. Cette disposition allait plus tard lui coûter la vie.

Certains pourront reprocher à l’auteur de ne pas être entré dans le menu détail des opérations militaires, mais tel n’était pas son objectif. Avec brio, il s’est concentré à dépeindre le parcours de Mussolini en tant que chef de guerre, une trajectoire promise à la défaite malgré un parcours qui suscita une admiration toujours observable au hasard d’une discussion dans un café ou au détour d’une visite chez un boutiquier romain.

_____

Max Schiavon, Mussolini. Un dictateur en guerre, Paris, Perrin, 2016, 270 pages.