Commemorating the Victory of 1967

IDFTrio
King and Country figurines IDF006 (Radio Operator), IDF001 (General Moshe Dayan) and IDF004 (Officer w/UZI) pictured on a flag of Israel.

Some time ago, I was thrilled to learn that King and Country was about to release the very first IDF (Israel Defense Forces) figurines of its fantastic collection, to commemorate the 50th anniversary of the Six Day War in June 1967.

To quote from the text accompanying this collection:

“This dramatic new postwar military series of figures and fighting vehicles will tell, in miniature, just why Israel had to do what it did and how with a relatively small regular and part-time army it fought and defeated some of its most numerous, best equipped and belligerent neighbors.”

That says it all and I’m very happy that King & Country has decided to honour the sacrifice of these men and women at a time of great peril for their homeland – the State of Israel.

At the same time, we have to be lucid enough to recognize all the courage it took for this company to make such a bold decision and go forward. In a world where Israel’s enemies are always prone to deny it any quality and even its basic right to exist, it’s imperative to salute those who are not afraid to row against the current. The brave men and women who serve Israel in its armed forces deserve it. Fully.

La contribution canadienne à la victoire du Brexit

canadabrexitAyant suivi la campagne référendaire britannique de juin dernier avec un vif intérêt, cet article paru dans le quotidien londonien The Telegraph au sujet de la contribution d’une firme canadienne à la victoire du Brexit n’allait certainement pas me laisser indifférent.

Selon Dominic Cummings, directeur de la campagne Vote Leave: “Without a doubt, the Vote Leave campaign owes a great deal of its success to the work of AggregateIQ. We couldn’t have done it without them.”

Cette firme, qui n’est pas campée idéologiquement et qui est basée à Victoria en Colombie-Britannique, développe des stratégies de mobilisation permettant aux campagnes de rencontrer leurs objectifs. Le tout basé sur des outils informatiques et l’utilisation de banques de données. AggregateIQ s’est donc employé à mettre au point des modèles sophistiqués pour la campagne du Brexit.

Dotée d’un budget impressionnant, la firme a consacré la part du lion de ce budget à des publicités Facebook ciblées rejoignant les électeurs que la campagne souhaitait mobiliser et faire voter. Ils sont donc passés outre les créneaux traditionnels utilisés par les agences de relations publiques et de marketing.

Pour ceux et celles qui s’intéressent aux nouveaux créneaux des technologies de l’information et de leur influence grandissante, cet article est un vibrant appel à s’éloigner des matrices traditionnelles pour plonger dans les nouveaux courants. À moins de vouloir être englouti par le tourbillon qu’elles génèrent.

De l’utilité de la baïonnette

img_3707
Figurine King & Country NA298 – Charge! – marchant avec le “Union Jack” en arrière-plan.
Je suis un passionné d’histoire militaire et il en découle que je raffole de parcourir les musées consacrés à ce sujet. Lorsque j’effectue ces visites, je me sens toujours un peu mal à l’aise à la vue des baïonnettes ayant fait partie de l’équipement des valeureux soldats dans le passé. Pour tout dire, elles m’inspirent la crainte de cette douleur qu’elles ont pu causer et à laquelle elles peuvent toujours être associées dans la geste militaire.

Selon un article récent et fascinant paru dans The Journal of Strategic Studies sous la plume de John Stone, il appert que ma disposition à l’égard de cette arme n’est pas incongrue puisque les combats à la baïonnettes ont été bien peu fréquents sur les champs de bataille de l’histoire et les blessures qu’elles ont infligées furent infimes par rapport aux autres causes. Par exemple,

« Bayonet fighting during the First World War was […] a rare event, judging from statistics associated with First US Army’s Operations in Europe. Of the 224,098 casualties requiring hospital treatment, a mere 235 soldiers (0,1 per cent) presented with bayonet wounds. » (p. 1028).

J’aurais pourtant été porté à croire le contraire…

Selon Stone, le vainqueur de l’épreuve de courage qui entoure l’utilisation de la baïonnette est celui dont la trempe morale est la plus solide.

On ne devrait donc pas mesurer l’efficacité de la baïonnette aux dommages physiques qui accompagnent son utilisation, mais sur l’effet moral qu’elle procure à ses utilisateurs.

Je réalise donc maintenant que je suis loin d’être le seul à vouloir m’éloigner de ces objets synonymes de douleur psychologique plutôt que physique.

Comme quoi elles remplissent bien leur mission.

Le char Armata confère un avantage aux Russes

 

armata2
Le char d’assaut russe Armata (T-14).

Sous la plume de sa journaliste Deborah Haynes et alimenté par des sources militaires britanniques, le quotidien londonien The Times nous apprend aujourd’hui que les forces russes jouiraient désormais d’un atout de premier plan sur le champ de bataille.

C’est ainsi que le char d’assaut Armata (T-14) représenterait le changement le plus révolutionnaire depuis les 50 dernières années, au niveau de sa conception. Réputé être plus léger, plus rapide, muni d’un système de détection des menaces à 360 degrés et fort du fait que sa tourelle ne nécessite pas la présence d’un membre d’équipage – ce qui accroit la sécurité des membres d’équipage –, et une portée de feu supérieure à celle de ses vis-à-vis occidentaux, le Armata « offre aux Russes un avantage technique et tactique manifeste qui les rendra confiants » selon l’article.

On rappelle également que la flotte russe est 35 fois plus importante que celle des Britanniques et que la réponse du ministère de la défense du Royaume-Uni à ces développements de la technologie militaire russe n’est probablement pas appropriée à la situation.

Naturellement, une armée a besoin de plus que de bons chars d’assaut pour remporter la mise sur le champ de bataille. Mais c’est un atout de premier plan dont les décideurs occidentaux devraient prendre en considération.

Au temps de la guerre froide, les Américains avaient compris qu’un investissement massif dans le secteur des forces armées contribuerait à faire plier les genoux de Moscou. Dans un contexte où les gouvernements de l’OTAN peinent à convaincre l’opinion publique de l’importance et de la nécessité de consacrer une enveloppe budgétaire plus importante à ce secteur pour parer à toute menace, il semblerait que le maitre du Kremlin ait tiré un enseignement de cet épisode de l’histoire contemporaine.

Quand la Pologne insulte la France

militairefrancais2Je ne suis pas le moins du monde étonné de lire cet article de zone militaire au sujet du récent camouflet infligé par Varsovie à la France dans le dossier de la vente des hélicoptères de manœuvre H225M Caracal.

Mais ce qui est encore plus étonnant – et positivement – c’est l’attitude du gouvernement français dans le dossier, puisque « […] cette brouille avec Varsovie n’aura aucune incidence sur la participation des forces françaises aux mesures de réassurance prises en faveur de la Pologne et des pays baltes par l’Otan […] ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont de la classe, les Français. Beaucoup même.

On le sait, la Pologne ne rate jamais une occasion d’invectiver les Russes et de leur imputer les pires maux de la terre. Dans une certaine mesure, cette posture peut s’expliquer par la relation historique entre les deux pays. Cela étant dit, Varsovie devrait changer de répertoire dans ses relations avec ses amis et alliés de l’OTAN. Les affronts sont rarement de bons gages de relations fructueuses, durables et solides.

Mussolini, chef de guerre

mussolinischiavon
La figurine LAH200 Count Galeazzo Ciano de la collection King & Country photographiée sur le livre de Max Schiavon.

Durant un séjour en Italie en 2013, j’ai effectué une visite guidée consacrée à Mussolini. En parcourant différents quartiers de Rome, il fut possible de constater que le Duce conserve l’intérêt, pour ne pas dire une certaine affection, de plusieurs. Dans une certaine mesure et malgré sa présence au côté d’Hitler, son aura a survécu à la déconfiture du fascisme et aux effets du temps.

Mais peu d’auteurs se penchent sur Mussolini dans la langue de Molière. L’historien militaire français Max Schiavon a relevé le gant en publiant récemment un excellent livre à propos du dictateur, Mussolini. Un dictateur en guerre.

Si Mussolini est habilement parvenu à maitriser l’échiquier politique italien entre les deux conflits mondiaux, il en fut tout autrement de sa capacité à revêtir les habits du chef de guerre. Quatre raisons majeures viendront plomber son action durant la Seconde Guerre mondiale.

Tout d’abord, Mussolini est dépourvu de toute formation militaire. On aura souvent entendu la rengaine à l’effet que les soldats italiens n’étaient pas des guerriers très valeureux, mais le fait demeure que les forces armées souffraient d’impréparation pour le conflit auquel le Duce les destinait. Sur le champ de bataille, le maréchal Rommel observait pour sa part que l’infériorité des Italiens devant les Britanniques en Afrique du Nord était redevable au fait que la performance des premiers était tétanisée par leur infériorité en termes de forces motorisées. (p. 192). Appelant Clausewitz à la barre de son argumentaire, Max Schiavon expose que « le plus strict des devoirs de l’État, c’est de se munir de l’armée de sa politique. » (p. 151) À son grand dam, Mussolini ne sut pas intégrer la pensée du célèbre prussien dans sa politique.

Ensuite, en emboitant le pas d’Hitler, le chef du gouvernement mesura mal l’état d’esprit de sa population, laquelle se démarquait par son pacifisme, l’absence de désir de partir en guerre, un sentiment défavorable – voire hostile – aux Allemands et à leurs desseins. Celui qui avait bien joué ses cartes pour faire la conquête du pouvoir eut donc la main moins bonne avec la Res Militaris.

De plus, Mussolini accepte d’être la 5e roue du carrosse d’un régime allemand qui le trompe sans vergogne à moult reprises et qui le méprise ouvertement. À témoin, l’anecdote citée par Max Schiavon au sujet du baron de Fiorio, officier de liaison italien auprès des services de renseignement allemands qui déclare à voix haute « Alors, mon cher Franz, nous voici à vos côtés » après que l’Italie se soit rangée derrière l’Allemagne nazie. Pour réponse, son collègue allemand, le major Franz Seubert, de lui répondre : « Bravo, nous gagnerons la guerre quand même. » (p. 142-143). Tout était dit.

Finalement, incapable de tirer l’enseignement accompagnant ses échecs, Mussolini était condamné soit à les répéter ou à tout simplement les ignorer. Contrairement à un Franco qui sut habillement jouer ses cartes durant la Deuxième Guerre mondiale et ainsi demeurer à la tête de son pays lorsque les canons se turent, Mussolini était destiné à tomber en même temps que les étendards de bataille des forces italiennes. Son gendre et ministre des affaires étrangères, le comte Galeazzo Ciano, lui conseilla pourtant, à la lumière des actions posées par les Allemands et des divergences de vues entre Rome et Berlin, de prendre ses distances avec le Reich. Cette disposition allait plus tard lui coûter la vie.

Certains pourront reprocher à l’auteur de ne pas être entré dans le menu détail des opérations militaires, mais tel n’était pas son objectif. Avec brio, il s’est concentré à dépeindre le parcours de Mussolini en tant que chef de guerre, une trajectoire promise à la défaite malgré un parcours qui suscita une admiration toujours observable au hasard d’une discussion dans un café ou au détour d’une visite chez un boutiquier romain.

_____

Max Schiavon, Mussolini. Un dictateur en guerre, Paris, Perrin, 2016, 270 pages.

Who was responsible for the Kippur War?

sharondayankippur
Ariel Sharon (in the middle) and Moshe Dayan (on the right) during the Kippur War.

I have always been interested in the origins, the conduct and the military actors who participated in the 1973 Kippur War, which was launched against Israel by Egypt and Syria.

I was therefore very pleased to find this recent article written by David Tal and published in the pages of Middle Eastern Studies recently.

According to Professor Tal, the responsibility of the Kippur War lies at Egyptian president Anwar Sadat doorstep.

Contrary to the school of thought supporting the assumption that “[…] the 1973 October war could have been avoided if Israel had responded positively to Sadat’s peace offers during 1971-1973”, David Tal goes in detail to demonstrate that Egypt did everything to arrive at a settlement through the battlefield, advancing proposals that were unacceptable to Israel and refusing to move an inch on its demands.

But why was that?

“[…] Sadat was offended by the Egyptian military defeat in 1967”, Egypt’s pride was damaged by this outcome and the only way to repair the situation would be either through “[…] regaining the territories without having to negotiate with Israel, or by going to war.”

Sadat’s war aims were nevertheless very modest. A symbolic gain of territory would permit Egypt to proclaim a victory and wash its humiliation.

Everyone knows that Israel won the war, but less known is the fact that the terms accepted by Sadat within the Camp David Agreement framework were those espoused by Israel before the October war and rejected by the Egyptian president.

This war of choice solely happened for Sadat to claim a symbolic victory allowing him to don the mantle of peacemaker few years later.

For anyone interested in the contemporary history of the Middle East and Israel, David Tal’s work is great food for thought.